La menthe religieuse et sa barbarie

Objet de permanentes études, la menthe religieuse est un type d’insecte qui frise une barbarie pas possible qui est présente chez les mâles mais surtout chez les femelles. Et il serait bien d’y jeter un coup d’œil pour mieux comprendre leur fonctionnement. C’est dont parle cet article. Lisez-le.

Que garder de cet insecte

Ne faisant pas plus de 6 à 8 centimètres de long, la menthe religieuse est connue pour son extrême sauvagerie. Ce sont des insectes voltigeur. Il se trouve que le mâle est d’habitude plus petit que la femelle d’environ 2 à 3cm mais il présente des abdomens et des antennes plus longues que celle-ci. Ses pattes avants sont très petites comparés à celles arrières. Elles comportent des piques et lui servent à s’accrocher à des choses et d’ailleurs à attraper des proies un peu volumineuses comme les petites chauves-souris et les petits oiseaux qu’il dévore avec aisance.

Lorsqu’elle est une proie

La mante religieuse quand elle est le plat de résistance favoris de certains oiseaux, des serpents, des caméléons et même des lézards qui ne se laisse pas intimidé par elle. Pour intimider ses prédateurs, la mante religieuse adopte deux stratégies. La première stratégie consiste à émettre un bruit d’intimidation en faisant vibrer son corps contre ses ailes. La deuxième stratégie consiste à laisser paraître ses ocelles en ouvrant ses ailes à près s’être redressé.

Lorsqu’elle est un prédateur

Alors en tant que prédateur, elle est redoutable car elle est sans pitié envers ses proies. D’autres la compare même à un lion car elle se montre féroce et déterminer. Elle chasse tous les insectes qui dérangent les récoltes et les plantes.

A lire :   Paraître maigre sans activité physique : comment est-ce possible ?

Comment se reproduisent-ils

L’accouplement chez la mante religieuse signifie en même temps la mort du mâle car la femelle à près s’être accouplé avec un mâle, elle lui dévore la tête et celui-ci se laisse faire. C’est pour certains une manœuvre qui à tout son sens car disent-ils, la vie exige la mort.